Le sexisme ordinaire au travail : un combat à mener !

Une dynamique sociétale et législative est à l’œuvre pour encadrer la lutte contre le sexisme au travail et contre les violences faites aux femmes.

Les mouvements 2017 avec les réseaux sociaux « #METOO » ou « #BALANCETONPORC » ont favorisé la prise de conscience des comportements sexistes avec le vote de la loi SCHIAPPA de mars 2018.

Pour autant, ce phénomène reste invisible dans le monde du travail.

Le service social du travail est légitime pour aborder ces sujets, et proposer des actions de sensibilisation, de prévention et de protection, avec le Directeur des Ressources Humaines de l’entreprise.

LE PHÉNOMÈNE

Le sexisme ordinaire dans le monde du travail touche en majorité les femmes (89%) et dans la moindre mesure les hommes. Il peut avoir des conséquences à la fois sur le bien être au travail, sur l’estime de soi et sur le sentiment de compétence de légitimité.

Il s’agit de dénoncer tous agissements sexistes[1] :

Mais les réactions de celles-ci contre les propos ou comportements sexistes sont freinées par la résignation et la crainte (63% des victimes refusent d’agir). Lorsque les femmes parlent, la majorité d’entre elles n’est pas prise au sérieux et voient leurs paroles remises en question.

Il est donc légitime d’avoir un message fort de la part de l’entreprise et d’activer les leviers d’actions selon 4 aspects : la prévention, la détection, le soutien et l’action.

DES LEVIERS POUR AGIR[2]

  • Construire un plan d’action contre le sexisme au travail

Un diagnostic social mené par le service social, le service de santé au travail, les services des ressources humaines et les acteurs internes, favorise la visibilité du phénomène. Les faits identifiés sont des arguments pour obtenir l’engagement de l’entreprise.

La première étape menée par le service social est la construction d’un plan d’action contre le sexisme en partenariat qui définira :  la finalité, les objectifs, les actions, les moyens à mobiliser, et les critères d’’évaluation.

  • Définir clairement les actes prohibés

Les définitions claires favorisent une prise de conscience des comportements de chacun : stéréotypes de sexe, remarques sexistes, agissements sexistes, harcèlement moral et harcèlements sexuels. Ces phénomènes seront en lien avec les sanctions et les condamnations pour les auteurs.

  • Mettre en place une politique de prévention du sexisme:

Elle s’ajoute à la législation en vigueur :

  • Loi du 4/08/2014 : égalité entre les hommes et les femmes : prévention et lutte contre les stéréotypes sexistes
  • Loi du 17/08/2015 relative au dialogue social et à l’emploi : introduction d’une nouvelle disposition dans le code du travail sanctionnant tout « agissement sexiste ».
  • Loi du 8 aout 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels : obligation d’intégrer l’interdiction de « tout agissement sexiste » dans le règlement intérieur des entreprises.
  • Loi SCHIAPPA du 8/03/2017 : renforce la lutte contre les violences sexuelles et sexistes avec notamment la notion d’harcèlement en ligne, et la création d’une nouvelle infraction « l’outrage sexiste » ou harcèlement de rue.
  • Plan national de mobilisation et de lutte contre toutes les violences faites aux femmes (2017-2019) pour déconstruire les stéréotypes de sexe.
  • L’assistant(e) social(e) mène une veille professionnelle et est compétente pour présenter la législation.

La politique de l’entreprise sera affichée dans tous les outils de communication internes : règlement intérieur, la charte de bienveillance, intranet, affichages,  vidéos…

  • Sensibiliser à la question du sexisme tous les acteurs de l’entreprise 
  • Session d’information avec les managers, forum, documents écrits remis dans les ateliers et services
  • Prendre en charge les victimes
  • Procédure à suivre en tant que témoin ou victime,
  • Interlocuteurs à disposition pour l’accompagnement.

Le service social est donc l’interlocuteur à privilégier pour la mise en place d’un plan de prévention au sein de vos entreprises, aussi n’hésitez pas.

Marie Noëlle BLOT, Assistante Sociale du Travail FOCSIE LE MANS

[1] Rapport du Conseil Supérieur Egalité Professionnelle  « le sexisme dans le monde du travail, entre déni et réalité » – mars 2015.

[2] Kit Pour agir contre le sexisme- Conseil supérieur de l’égalité professionnelle – 24/11/2016

Contactez-nous

Je souhaite recevoir la newsletter de Focsie

* Champs obligatoires